Balade, cueillette et gourmandise...
Découverte de la cuisine aux plantes sauvages, fleurs et légumes anciens.
Produits locaux, bio et/ou équitable.

La Petite Pimprenelle

Voici une petite plante, au nom poétique, qui se fait discrète, mais que vous devez absolument découvrir et accueillir dans un coin de votre jardin ou dans un pot sur votre terrasse ou votre balcon. Jusqu’il y a peu, elle était bien connue et incontournable dans nos salades, de l’été jusqu’au portes de l’hiver, mais comme elle est de culture facile, qu’elle se ressème spontanément, revient chaque année et surtout, est gratuite,….nos industries du « légume dépendant », on vite habitué nos papilles gustatives au saveur du « précieux » persil…..

 


Nom scientifique : Sanguisorba minor scop.

Noms vernaculaires : Petite pimprenelle, petite sanguisorbe

Famille : Rosaceae

Description

Plante herbacée vivace de 20 à 60 cm.

Feuilles : Persistantes, basales, alternes, de 9 à 25 folioles ovales, arrondies, crénelées ou dentées.

Tiges : Anguleuses, dressées ou ascendantes

Fleurs : Épis courts, denses, souvent globuleux d' un rouge brunâtre ou d' un pourpre rosé .

Floraison : à partir d’avril

Habitat : Prés sec surtout sur sol calcaire, léger.

Exposition : Soleil ou mi-ombre.

Usages culinaires

Lors de la cueillette, elle dégage un doux parfum de concombre.
Son goût se situe entre celui-ci et la noix verte, compromis entre douceur et légère amertume.
Elle offre un bon substitut pour celles et ceux qui aime le « tzaziki » mais ne digère pas le concombre. Elle accompagne merveilleusement, salades, sauces froides, œufs, beurre aux herbes (pour accompagner du poisson) et salades de fruit.


Propriétés

Comme son nom scientifique l’indique (Sanguisorba vient du latin sanguis et sorbere, qui signifie sang et absorbe), la pimprenelle a été utilisé depuis l’Antiquité pour ses propriétés hémostatique. Elle contient aussi pas mal de vitamine C et est aussi astringente, apéritive, digestive.

Confusions possibles :

Ici, au Rouge-Cloître, j’ai pu remarquer, lors de nos balade « Cueillette et gourmandise » qu’on la confondait avec la potentille ansérine. Les folioles sont plus longues, plutôt grisâtre, surtout au dos, les fleurs sont jaunes, elle ne sent pas le concombre.
On peut aussi la confondre avec Sanguisorba major, sa grande sœur. Elle ont les mêmes usages, mais la grande pimprenelle est plus coriace et amer.

Remarques :  Il suffit dans accueillir un seul plant au jardin, pour la voir facilement se multiplier et...  plustard, en offrir à des amis.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire