Balade, cueillette et gourmandise...
Découverte de la cuisine aux plantes sauvages, fleurs et légumes anciens.
Produits locaux, bio et/ou équitable.

La Mésange charbonnière (Parus major)



Mésange charbonnière (mâle)
La mésange charbonnière (Parus major) est un des oiseaux les plus connus de nos paysages bocagers: parcs,  jardins, vergers et bosquets disséminés dans les champs. Elle préfère les forêts claires de feuillus aux conifères.
 
Dans la famille des Paridés,  la mésange charbonnière est la plus grande (longueur totale entre 12 et 14,5 cm pour un poids de 15-22 g).

Elle est reconnaissable à son ventre jaune coupé d'une raie noire médiane plus large et plus sombre chez le mâle. Cette raie ventrale noire est plus étroite, plus courte et moins marquée chez la femelle. La tête et le cou sont noirs à reflets bleuâtres. Les joues sont blanches. Le plumage est vert-olive sur le dos et jaune sur le ventre. Le bec est noir, tranchant et robuste.

La plupart des nos Mésanges charbonnières sont sédentaires, excepté celles du Nord de l'Europe.

Son régime alimentaire est mixte. Trouver sa nourriture est le principal souci de son existence: elle mange par jour l'équivalent de son propre poids en aliments. Insectivore, elle se nourrit en grande partie de larves, de pucerons et d'araignées. Elle ne dédaigne pas les abeilles, à qui elle vide l'abdomen après avoir retiré l'aiguillon.

Dès l'automne, le règne végétal nourrit la mésange charbonnière dans une large mesure: baies, graines diverses, céréales, graminées, etc.

Plus tard, les aliments riches en graisse sont préférés: tournesol, noisettes, lard gras non salé, ''boules à mésanges''.

L'activité humaine favorise donc son existence.

Mais son abondance autour des villes et des habitations dépend également du nombre de cavités naturelles ou artificielles qu'elle peut trouver pour se loger. Cavernicole, elle niche dans des trous, des fissures de mur, des lampadaires et même dans les boîtes aux lettres...

Elle adore les nichoirs artificiels. Elle adopte très volontiers les nichoirs en bois, en terre cuite ou en aggloméré que l'on met à sa disposition. Le trou d'envol aura un diamètre de 32 mm.

La femelle aménage son nid dans la cavité choisie.

La couche externe est constituée principalement de mousse et d'herbe, le fond se compose de matériaux très fins (touffes de poils, flocons de laine, mais rarement de duvet). La femelle couve  8 à 13 œufs blanchâtres tachetés de brun rougeâtre pendant une quinzaine de jours. Le nourrissage des jeunes au nid (principalement chenilles et araignées) nécessite près de 500 allers et venues des parents pour l'apport de quelques 10.000 insectes par nichée.

Elle possède, plus que les autres espèces de mésanges, la possibilité de varier son chant. Un son bref, aigu, de deux ou trois syllabes caractérise le chant du mâle faisant tît tât,tît tât ,tît tât. Il arrive même que celui-ci imite la mélodie d'autres espèces de mésanges.

Les nichoirs installés dans les parcs et les jardins offrent aux mésanges charbonnières une possibilité supplémentaire en matière d'habitat. Les couvées de 10 oisillons ou plus ne sont pas rares. Les parents ont fort à faire pour nourrir tout ce petit monde. Les mésanges charbonnières s'efforcent de contrôler l'éclosion des œufs de manière à faire coïncider celle-ci avec un afflux de chenilles et d'insectes.

Carte d'identité de la Mésange charbonnière.

Nom latin :     Parus major
 
Ordre:            Passériformes

Sous-ordre:    Oscines

Famille :         Paridés

Taille :            14 cm

Reproduction: 2 pontes / an (fin avril et mi juillet)

                      8 à 13 œufs

Couvaison :    10 à 14 jours

Sevrage :        15 à 22 jours

Répartition :   toute l'Europe

Régime

alimentaire:    Punaises, pucerons, cochenilles, mouches, guêpes et araignées ; graines et baies en automne-hiver.

Son chant : https://www.youtube.com/watch?v=FbwgXeLSRTE
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire